Le chemin de la Méditation

 

Ici c'est essayé de vous donner un accès direct, simple et puissant. Je veux simplement vous proposer un outil pour être capable de éssayer/ commencer le chemin d'une facon efficace.

Comment s'orienter dans le bazar spirituel, dans l'océan des enseignements du Dharma traditionel & comment réaliser la simplicité éveillée que chacun d´entre nous porte comme son héritage, sa vraie nature ?

 

Motivation: les 4 Rappels

1.) La forme humaine précieuse: Contemple la précieuse situation d'avoir obtenu une vie humaine avec ses libertées et ses potentiels d'avancer spirituellement pour le bien de soi même et des autres. Cette chance d'être capable de purifier les voiles de son Karma et ses afflictions est rare et ne se répète pas nécessairement, mieux vaut de ne pas la rater...

2.) Impermanence et mort: Le monde et ses habitans sont impermanents, la mort arrive sans s'annoncer. A ce moment là le Dharma va être le seul secours, c'est pour cela qu'il faut s'exercer !

3.) Karma: la loi de cause à effet: Au moment de la mort tout se passera selon notre Karma accumulé, il vaut donc mieux être conscient de ses empreintes karmiques créées à chaque moment.
Ne pas croire à l'infaillable loi de cause et effet est ignorance: C'est évident que si on boit beaucoup, on va bientôt avoir envie de pisser beaucoup...

Pour ne pas se rajouter des complications on essaye d'éviter les actions négatives suivantes:

Corps: tuer, voler (prendre ce qui n'est pas donné), mauvaise conduite sexuelle (sans respect, estime et responsabilité vers l'autre)

Parole: mentir, diviser, insulter, bavarder (c'est déstructif, divertissant et mange notre temps précieux).

Esprit: pensées d'attachement désireux, pensées negatives, vues érronées (l'ignorance c'est comme conduire avec bandeau).

.4.) Les misères du Samsara -les cercles vicieux

L'attachement au confort, aux possessions, aux amis et biens nous maintient dans ce cercle vicieux (samsara) et c'est comme un festin avant l'éxécution. Alors pour se libérer de ces souffrances on doit s'en sortir par le chemin de l'éveil.

La Méditation

Etre conscient quand on pense et de ce que l'on pense -se joindre à son état de base et comprendre ce qui ne l'est pas (comme fausses croyances, tendances habituelles, fabrications mentales et émotions conséquentes).

Shamata (rester en paix) est la base : la concentration qui ne soutient pas un mode d'ego mène à un état de calme. Cette situation nous donne la chance d'expérimenter le contraste entre ce calme et ce qui nous distrait. Ici commence le chemin de la libération: Notre distraction n'est-elle pas responsable de tous les accidents, mauvaises décisions, maladies, simplement dit: nos souffrances ?

C'est là que commence le fonctionnement de la sagesse discernante (Prajna- intelligence critique) qui distingue ce qui est authentique de ce qui ne l'est pas dans l'atmosphere de la méditation Vipashyana (vue suprème).

Instruction pour commencer la méditation :

Position: 

Si vous pouvez être assis jambes croisées ou mi-croisées, au sol ou sur un coussin plat c'est excellent. Eviter que les genoux soient plus hauts que les hanches pour avoir un dos bien droit, sans tensions.

Sinon une chaise avec assise plate fera l'affaire (exemple : dans un train, avion ,etc., suivant le dispositif du moment). Ce qui est important, c'est d'avoir une base stable et de se sentir détendu.

Un dos droit et détendu est connecté à son attention -en bon équilibre.

Les épaules sont ouvertes et détendues. „Front doux et dos ferme“

La tète aussi est droite (parfois, reculer un peu le menton pour ne ne pas ressembler à une poule curieuse -prête à se lancer sur la première distraction venue).

Les yeux son ouverts et restent au sol.

La bouche, la langue et le visage sont détendus.

Les mains sont soit posés sur le haut des genoux, soit rejointes paumes vers le ciel (main gauche sur main droite) dans le bas du corps.

 

Technique:

On est conscient de ce qui se passe comme on observe les nuages qui passent.

Pour commencer une session et quand on est trés dirstrait ou agité il est conseillé de faire "close placement" -on éssaye de suivre chaque inspir/exspir en contant jusqu'a 5 ou 10; On contrôle sa position regulièrement et on recommence.

Si la position assise devient douloureuse, on peut ajuster ou changer sa position ou encore faire la méditation en marchant (dans ce cas la main gauche avec le pouce replié est posée au dessous du nombril et la main droite entoure l'autre).

Pour la méditation assise, l'attention est posée sur l'expire. Et pour la méditation en marche, l'attention est avec le mouvement des pieds, puis en suivant par la concience pure (sans dualité) de l'environnement.

 

Durée:

La durée est personnelle : quelqu'un de très actif aura des séances courtes (10-20 min.), une personne plus calme peut méditer 30 min et plus. Arrètez tant que vous êtes bien, avant que votre méditation ne se dégrade. Il est préférable de faire plusieurs séances courtes plutôt qu'une session prolongée où l'on commence à ruminer ses pensées et émotions, ce qui n'est pas la méditation.

 

Sagesse consciente discernante

Pour ne pas devenir un légume, les enseignements et la contemplation nous inspirent. C'est la transformation de notre intellect en un instrument puissant et bienfaisant. Un méditant qui ne travaille par sur sa sagesse (étude, contemplation, méditation) est comme un randonneur aveugle dans la montagne; un érudit qui ne regarde pas dans le mirroir de l'ésrpit est comme un randonneur sans jambes.

Il n'existe pas de livre idéal pour un débutant parce que nous sommes tous différents mais il y a les biographies des grands maîtres y compris du Bouddha (comme Thich Nhath Hanh's „Sur les traces de Siddharta“) pour nous inspirer par leur exemple.

Il y a des textes sur beaucoup de thèmes pertinents (voir la liste de textes conseillés), mais étudier la vue (vison globale) est fondamentale: Les „étapes de contemplation sur la vacuité“ nous guident pour nous regarder, à considerer ce que nous prenons pour garanti, croyances, habitudes de perception, attitudes, etc....
Par exemple notre fonctionnement est largement basé sur la présuposition, que notre identité est solitaire, indépendante et durable ce qui pourrait être une definition de l'ignorance.

En se posant les bonnes questions, on commence à changer notre karma.

Les „étapes“ commencent avec la contemplation des vues qui, comme nos scientifiques, ont vu qu'on peut déconstruire tous les objets „solides“ en parts et particules (atomes). En plus, que tout ce que l'on percoit ne sont que des moments de conscience consécutifs.
Les éléments de l'ego : la forme, le sentiment (positif, négatif ou neutre), le discernement, les formations et les consciences (les 6 sens) doivent être analysés, si on y trouve un „soi“ dans l'un ou l'autre.
Puis il y a la perception que le sujet et l'objet sont interdépendants. L'un ne peut pas exister sans l'autre. Nous percevons selon nos dispositions et ainsi chacun a une perception différente, (exemple : une personne est percue différemment par d'autres comme mari, père, ami, ennemi, fils, etc.). Reste la nature de claire lumière.
Notre prochaine étape de contemplation continue encore à déconstruire plus nos vues: On se demande si un phénomène est unité ou quelque chose multiple (qui, lui même est composé). On se demande si un phénomène est surgi de soi, d'un „autre“, des deux ou de ni l'un ni l'autre. Contempler l'interdépendance de tous les phenomènes fait partie de cette étape (rappel: l'écologie aussi essaye de comprendre l'interdépendance au niveau „environnement“ et de dépasser l'égoicentrisme humain).
Enfin l'étape ultime est de voir que ce qu'il reste après toutes ces analyses n'est pas un vide. On n'est pas dans le nihilisme. La vraie nature est vide de fabrications mentales éphémères, mais pas vide des "qualités de Bouddha": 

Il reste la brillance, la sagesse et l'action compatissante sans effort pour aider les „aveugles qui souffrent“.

Voir les liens internet vers les enseignements et une liste de livres conseillés.